Trop chaud ? Laisser vous rafraichir par les incroyables rosés de Provence

 

Pendant l’été ou par temps chaud, on oriente naturellement nos choix vers le plus désaltérant.

Il faut bien l’avouer, le rouge tannique et alcooleux n’est pas forcément du premier choix.

 

Le rosé par contre, c’est presque une évidence !

“Rosé” ça rime avec “été”, sur le papier comme sur le palais Clignement d'œil ! Il est le roi de la saison.

 

Alors voyons un peu la vie en rose, et mettons nous l’eau à la bouche !

 

 

Le rosé, un vin avec un grand “V”

 

Ne laisser jamais personne vous dire le contraire.

Celui qui prétend que le rosé n’est pas un vrai vin (je suis sûr que vous l’avez déjà entendu) a certainement des lacunes dans le domaine. Sinon, c’est qu’il s’est fâché avec lui suite à une mauvaise expérience, ou qu’il n’aime pas le rose

 

vin rosé seau

 

 

Si, le rosé est un vin, un vrai. Parfois même plus exigent à réaliser que d’autres types.

Ensuite on aime ou on aime pas, mais ça, ça s’appelle le goût Sourire.

 

 

Rosés de pressurage ou rosés de saignée ?

 

Ce sont les deux techniques les plus utilisées pour l’élaboration du rosé. Il en existe d’autres, mais bien plus rares.

 

Le rosé de pressurage permet d’obtenir un rosé très clair.

vin rosé pressurage

 

Le rosé de saignée permet de produire des rosés bien plus colorés.

vin rosé saignée

 

Je ne rentre pas dans les détails, alors pour tout savoir sur leur fabrication, direction CET ARTICLE !

 

 

Les rosés de pressurage sont en général plus appréciés en été car ils sont plus légers, vifs, et désaltérants que leurs copains.

Pour autant, les rosés de saignée restent un excellent compromis car plus légers et rafraichissants qu’un rouge.

Ils peuvent en plus être de très bonne qualité et intéressants à déguster.

 

 

La Provence : la terre promise du rosé

 

Comme pour tout vin, il existe différentes qualités de rosés. Du plus médiocre, au plus travaillé.

Et impossible pour moi de parler d’excellence sans évoquer la Provence, sa terre de prédilection.

 

vin rosé 3

 

 

En Provence, on fait du rosé depuis longtemps, et on le fait bien !

Il est pâle (technique du pressurage), précis, et il est devenu leur grande spécialité.

Un savoir faire incontestable.

 

Dans ce vignoble, vous pourrez rencontrer les appellations sous-régionales Coteaux d’Aix en Provence, Coteaux varois en Provence, Côtes de Provence, et Coteaux de Pierrevert.

Mais aussi les appellations communales (plus précises) Bandol, Cassis, Palette, Bellet, et Les Baux de Provence.

 

Récemment, j’ai eu l’occasion et la chance de découvrir les vins des Coteaux Varois en Provence dans toute leur splendeur.

Je ne pouvais pas garder une telle découverte pour moi. Alors c’est avec conviction que j’ai voulu partager ça avec vous Rire.

 

 

Les Coteaux Varois en Provence

 

Le vignoble fait 2250 ha, sur 28 communes autour de Brignoles (Var).

 

Vignoble Provence

 

 

Ici, la part du rosé n’a fait qu’augmenter avec le temps.

On en produit aujourd’hui environ 90%, pour seulement 7% de rouges et 3% de blancs. (Une spécialité, je le répète)

Tout ceci partagé entre les 80 producteurs indépendants et les 10 caves coopératives.

Ils donnent naissance à 17 millions de bouteilles par an.

 

Les rosés des Coteaux Varois en Provence sont clairs, couleur pétale de rose ou saumon pâle.

Ils sont très délicats, sur un nez de fruits rouges (fraise framboise), fruits blancs (pèche), et bonbon anglais.

En bouche, de la finesse, de la rondeur. C’est soyeux, vif, et frais. Coeur rouge

 

repas mets vin

 

 

Pour les adeptes de l’accompagnement, je vous propose de la charcuteries et du fromages.

Côté plats, n’hésitez pas à servir toutes sortes de cuisine méditerranéenne, ou encore de la cuisine asiatique (top), ou du poisson grillé.

 

poisson grillé

 

 

Mais comment fait-on un si bon rosé ?

 

“La maitrise des températures” me répète-t-on chaque fois que je veux en savoir plus. “Voilà le secret d’un rosé réussi”, avec un rendement maximum de de 55hL/ha.

En maintenant des températures basses, depuis la vigne, et dans chaque étape de la vinification, on extrait d’autres arômes, on obtient fraicheur et finesse.

Les Provençois l’ont bien compris :

Les raisins sont vendangés la nuit. Tous les équipements sont prévus pour assurer la fraicheur de toute la chaine. Et cela fait une vraie différence.

 

Mais ce n’est pas tout.

Le vignoble jouit d’un terroir bien particulier.

 

Entouré par les reliefs, l’influence maritime méditerranéenne est réduite, au profit d’un climat plus continental. Les étés y sont particulièrement chauds, les hivers bien froids, et les micro-climats nombreux.

Les vignes sont plantées à une altitude moyenne de 350m. Cela peut paraitre peu, mais la différence se ressent nettement dans la fraicheur des vins.

Les sols jouent eux aussi leur rôle dans le caractère des rosés. Ils sont diversifiés mais principalement composés de calcaire, marnes, et grès.

 

vin rosé

 

 

Comme dans toute la Provence, les cépages principalement utilisés ici sont le Cinsault, le Grenache, la Syrah, ou le Mourvèdre.

On peut également les assembler à d’autres cépages (20% maximum) : Cabernet Sauvignon, Carignan, Tibouren.

 

 

Pour l’eau à la bouche, j’espère avoir accompli ma mission. Clignement d'œil

Si vous êtes fâchés avec le rosé, alors ne le restez pas sans vous faire une idée nouvelle avec ceux de Provence. Ils méritent que l’on s’y intéresse.

Vous pourrez les conserver entre 2 et 5 ans dans de bonne conditions (12-14°C dans l’idéal).

Enfin, consommez les dans les 8-10°C maximum pour un résultat parfait !

 

A vous la parole. Donnez-moi votre expérience roséique dans les commentaires ! Rire

Une pensée sur “Trop chaud ? Laisser vous rafraichir par les incroyables rosés de Provence

  • bonjour Benjamin

    Dans les années 80 90 j’ai habité Marseille et ai essayé de m’interesser aux rosés notamment d’Aix.

    Je dois dire qu’il s’en suivait pour mon épouse des maux de tête incroyables et elle n’était pas la seule dans ce cas.

    Par contre ceux de Bandol ne lui ont jamais procuré de tels effets. Alors encore aujourd’hui, à tort vraisemblablement, je reste sur ceux qui produisent de bons effets que ce soit gustatifs ou après absortion au détriment de ceux qui nous ont apporté que méfiance et dedain

    mais ceci a peut être changé!!!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *