Apprenez les bases de la dégustation en 3 étapes

  • 21
    Partages

 

Ahhh la dégustation, cet art qui nous permet de découvrir un vin, de le noter, d’en cerner chaque caractéristique. Tout cela à partir de nos impressions et descriptions.

Un exercice pas toujours évident.

 

Ce que je vous propose ici, c’est de vous apporter les bases pour savoir déguster un vin, comme une sorte d’initiation à l’œnologie.

Je vous donne toutes les grandes lignes, celles qui feront les fondations de vos futures dégustations Clignement d'œil.

Fini les blocages. Partons au delà du fameux « il est bon » ou « je ne l’aime pas »  !

 

Important :

Chaque étape d’une dégustation apporte ses propres informations.

Contrairement à l’idée reçue, toutes ont leur importance, toutes ont leur lot de découvertes. Déguster un vin, ce n’est pas seulement le goûter, déguster un vin, c’est l’apprécier sous tous ses angles :).

 

Etape 1 : l’examen visuel

 

Dégustation examen visuel

 

C’est votre premier contact avec le vin dans le verre.

Auparavant, vous aurez pu ou non consulter la bouteille, l’étiquette, ou un descriptif quelconque. Mais pour rester le plus objectif possible, l’idéal est de garder le suspens et de ne pas influencer son jugement. L’entrainement n’en sera que meilleur.

 

Vous n’avez besoin que de vos yeux dans cet examen, pour observer l’apparence du vin (ou la « robe » du vin), et son comportement dans le verre.

 

Voici les cinq choses que vous pouvez observer.

Pour les 3 premières, inclinez le verre pour amincir le vin, puis observez le sur fond blanc dans un lieu bien éclairé.

  • La couleur : Décrivez d’abord sa teinte, sa nuance.
    Les rouges varient du violacé à l’orangé (tuilé), les blancs du vert à l’orangé, et les rosés du rose pale aux nuances cuivrées.Ensuite, observez son intensité.
    La couleur est-elle puissante ou plutôt pale ?

 

  • La limpiditéOn pourrait aussi l’appeler la clarté du vin.
    A vous de dire s’il est plutôt limpide, trouble, voilé etc.

 

  • La brillanceOu autrement dit, les reflets.
    Selon le vin, les reflets sont plus ou moins éclatants, plus ou moins ternes.

 

  • Les larmesLes “larmes”, aussi appelées “jambes”, correspondent à l’accroche du liquide sur les parois du verre.
    Les coulures présentes peuvent être plus ou moins nombreuses, et plus ou moins fluides.Penchez votre verre pour le tapisser de vin, redressez le, et observez.

 

  • Les bullesQuand l’effervescence du vin est évidente, cela saute aux yeux, mais vous pourrez aussi rencontrer des vins qui le sont très peu, à tel point que vous ne verrez rien !

 

Etape 2 : l’examen olfactif

 

Dégustation examen olfactif

 

Après les yeux, le nez.

Cet examen consiste à sentir le vin…en deux sous-étapes, appelées “premier nez” et “deuxième nez” (parfois vous entendrez aussi parler de “troisième nez”).

 

Le premier nez constitue ce que vous allez sentir AVANT d’agiter votre vin (avant de l’aérer donc).

Le deuxième nez, vous l’avez deviné, constitue ce que vous allez sentir APRES agitation du vin.

 

Pour l’agiter, faite faire de petits cercles à votre verre à plat (posé ou non), pour faire tourner le vin contre ses parois.

 

Pour chacun de ces “nez”, vous pouvez décrire trois choses :

 

  • Les arômes :Parmi toutes les palettes aromatiques du vin (floral, fruité, minéral, animal, etc.), il existe de nombreux arômes (framboise, violette, calcaire, fumé, etc.).Vous devez repérer et nommer tout ce que vous parvenez à reconnaître. Sans limites !
    Plus familièrement, ce sont toutes les odeurs du vin.

 

  • L’intensité :C’est tout simplement la puissance des arômes.
    Sont-ils forts ? Discrets ?

 

  • La qualité :La qualité aromatique du vin peut allez de “défaut” (mauvais vin), à “complexe” (notion justement plus complexe…).Pour comprendre, dites-vous que l’ensemble des arômes perçus forment un tout, cohérent ou non, plaisant ou non. Ce « tout », sorte de bouquet d’arômes, peut donc être décrit comme plus ou moins complexe.

 

Etape 3 : l’examen gustatif

 

Dégustation examen gustatif

 

Enfin la récompense !

Il est maintenant temps de prendre une gorgée de vin.

Vous allez le garder en bouche, le mâcher, le grumer (faites rentrer un peu d’air dans votre bouche), puis l’avaler (ou le recracher, ça dépend de la situation).

 

Là encore, vous devez vous concentrer pour décrire les trois choses suivantes :

 

  • Les taux :Par “taux”, j’entends « quantité ». Autrement dit le taux de présence d’un élément ou d’une sensation.
    Dans notre cas, ce sont les saveurs qui nous intéressent.Vous devez décrire le taux d’acidité, de sucre, d’alcool, et de tanins (vins rouges).

 

  • Les impressions :Il existe trois impressions principales en bouche.La première est l’attaque, qui décrit la première impression le vin arrive dans la bouche (début de bouche).

    La seconde est la matière, qui décrit l’impression de volume en bouche (milieu de bouche).

    Et la troisième est la finale, qui dit à quel point les arômes perçus persistent après avoir avalé le vin (fin de bouche).

 

  • Les arômes :Il s’agit ici de réaliser le même exercice que pour l’examen olfactif, mais avec l’autre organe.
    Donnez tous les arômes que vous pourrez trouver en bouche !

 

En conclusion

 

En réalisant ces trois examens, vous serez bien plus à même de savoir décrire ce que vous buvez.

Autres avantages, vous découvrirez ce qui vous plait ou vous déplait dans un vin. Vous saurez quel type de vin est fait pour vous.

 

Sachez qu’il est possible de simplifier une dégustation en enlevant certains des points évoqués, ou au contraire de la rendre plus complexe encore.

 

Pour aller plus loin (maintenant que les bases sont acquises), vous pouvez approfondir et préciser chacune des étapes avec les articles suivants :

J’espère que cet article vous a plu, merci de le partager autour de vous !


  • 21
    Partages

3 pensées sur “Apprenez les bases de la dégustation en 3 étapes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *