Région viticole de la semaine – Vallée d’Okanagan (Canada) – [Défi 44/52]


 

Me voici arrivé à la quarante-quatrième semaine de mon défi (découvrir, en 52 semaines, 52 vins typiques de régions viticoles du monde), partons donc à la découverte de la région viticole de la semaine.

C’est le Canada qui est à l’honneur cette fois-ci, un pays en plein essor capable de produire de très grands vins.

 

Un vin typique du Canada

Mon choix de vin pour représenter le Canada.

 

Bien sûr, j’aurais pu choisir un vin de glace qui est leur plus grande spécialité, mais au delà du prix très élevé de ce produit (qui m’a un peu…refroidi), d’autres vins très intéressants sont aussi produits dans des styles différents. J’ai choisi de vous présenter un vin rouge de la Vallée d’Okanagan. Le vin rouge et cette vallée sont justement en plein développement au Canada ces dernières années.

 

Bienvenue à Pétales d’Osoyoos, Osoyoos Larose, BC VQA Okanagan Valley, 2012.

 

Pétales d'Osoyoos, Osoyoos Larose, BC VQA Okanagan Valley, 2012_1

Pétales d'Osoyoos, Osoyoos Larose, BC VQA Okanagan Valley, 2012_2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son millésime est de 2012, il sera bu dans sa quatrième année.
Il s’agit d’un assemblage de nombreux cépages, avec du Merlot, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Malbec, et Petit Verdot.

 

Mon descriptif

 

Ce vin est charpenté, équilibré, avec une certaine complexité. Voici le descriptif que j’en ai fait, à l’aide de ma fiche de dégustation.

Robe rubis profonde et plutôt mate. Un nez complexe et expressif, avec du fruit rouge, de l’olive, du fruit cuit, du tabac et une note brulée. Sur le palais le vin est bien étoffé, sur un alcool bien présent et des tanins qui offrent une belle charpente. En plus des arômes du nez, on perçoit du poivron vert, une touche d’amande et du clou de girofle. L’attaque est franche et la finale persistante.

Voici la fiche de dégustation que j’ai remplie :

 

Fiche dégustation Pétales d'Osoyoos, Osoyoos Larose, BC VQA Okanagan Valley, 2012

 

Le descriptif des pros

 

Après avoir objectivement fait ma description de ce Vallée d’Okanagan, j’ai voulu savoir quel était celle donnée par les “pros”, ou du moins les descriptifs que l’on pourrait trouver sur internet.

En voici un :

Ce vin rouge grenat profond offre des arômes intenses de framboise et des notes subtiles de vanille. En bouche, le vin est ample, généreux, et très long sur des arômes de fruit persistants.

 

Le Canada et ses caractéristiques

Terroir et fonctionnement

 

Terroir

 

De façon générale le climat du Canada est frais, mais je simplifierais beaucoup trop en me contentant de cela sur un territoire aussi vaste. Voyons ce qu’il en est dans les provinces qui produisent du vin.

L’Ontario a un climat continental. Elle est située à une latitude proche de celle du Languedoc Roussillon, mais en réalité sont climat ressemble plus à celui de la Bourgogne. Les hivers y sont froids, les étés chauds et parfois secs, avec des automnes qui durent. Ce climat tempéré est en fait régulé par les grands lacs (principalement). La vigne aime ces conditions et arrive facilement à faire mûrir ses fruits.

La Colombie Britannique a un climat sec, même désertique pour la Vallée d’Okanagan. Sa latitude correspond à celle de la Champagne, mais le climat en est opposé. Comme dans beaucoup de déserts, les températures ont d’énormes amplitudes entre les journées très chaudes et les nuits très froides. Heureusement pour la région, ces températures sont également modérées par le grand lac. La sécheresse impose l’irrigation des vignes.

La Nouvelle Ecosse et le Québec ont des climats bien plus froids, en particulier le Québec, avec un ensoleillement moyen. Les vignes sont donc plantées dans les quelques méso climats qui offrent des températures (un peu) plus douces. Ces conditions inadaptées à la vigne imposent quelques adaptations. On utilise des variétés à maturation rapide pour contrer le cycle court qui leur est imposé. Les cépages sont aussi choisis pour leur résistance au froid, mais malgré cela il faut leur recouvrir les pieds de terre en hivers (à la machine), pour les déterrer en suite (à la main !).

 

La législation des vins au Canada est différente dans chaque province. Tout ce qui concerne la viticulture, la vinification, et la vente de vin (et d’alcool), est donc déterminé indépendamment par chaque province.

 

Depuis la fin de la Prohibition, ces boissons sont presque toujours importées et distribuées par des monopoles d’Etat. Elles sont vendues en magasins gouvernementaux qui définissent des taxes (souvent élevées), et les règles de vente. Ce monopole existe dans tout le Canada, mais est défini par chaque province. On rencontre par exemple la SAQ (Société des alcools du Québec), ou encore la LCBO (Commission des liqueurs de l’Ontario).

Quelques règles plus souples permettent parfois la vente de vin en grande surface, ou directement au domaine. Une autre encore permet d’indiquer que le vin est produit au Canada s’il contient au moins 25% de vin Canadien.

Côté classification, le système appelé VQA (Vintners Quality Alliance), s’inspire du système Européen. Il n’est présent que dans les provinces d’Ontario et de Colombie Britannique (les principales productrices). Des dégustateurs professionnels octroient un sceau noir aux vins approuvés, et un sceau or aux mieux notés.

 

Les cépages

 

Cépage

 

Au départ, on pensait que les variétés de Vitis Vinifera ne seraient pas adaptées au grand froid Canadien, et ne pourraient pas prospérer. C’est donc l’espèce Vitis Labrusca qui s’est imposée pendant longtemps, avant que finalement les cépages traditionnels Européens et des hybrides prennent le dessus.

 

Les cépages principalement utilisés au Canada sont les suivants :

Blancs : Chardonnay, Riesling, Pinot Blanc, Pinot Gris Vidal, Seyval Blanc.
Rouges : Merlot, Cabernet Franc, Pinot Noir, Cabernet Sauvignon, Gamay, Baco Noir, Maréchal Foch.

 

Les zones et leurs types de vins

 

Zone viticole Vallée d'Okanagan Canada

Cliquez ici pour voir la carte du vignoble

 

Il y a quatre provinces qui produisent du vin au Canada, mais deux dominent largement :

  • Ontario :
    Voici le premier nom à retenir, car c’est ici que l’on produit pas moins des deux tiers des vins Canadiens. Il y a plus de 150 domaines viticoles sous la norme VQA, et plus de 235 établissements au total. Les trois VQA présentes en Ontario sont Peninsula, Lake Erie North Shore, et Île Pelée.
    C’est également dans cette région que l’on produit le plus de vin de glace. Selon les cépages utilisés, les vins rouges produits sont de type Bordeaux (corsés) ou Bourgogne (légers). Les vins blancs, secs et frais, et les effervescents, sont très connus et souvent de très bonne qualité.

 

  • Colombie Britannique :
    Cette région est aussi très importante, et surtout celle qui montre l’essor le plus considérable ces dernières années, surtout dans la Vallée d’Okanagan. Les savoir faire venus d’ailleurs sont des ressources très employées, qui poussent la province vers le haut.
    On y trouve les VQA Vallée d’Okanagan, Vallée de Similkameen, Vallée de Fraser, et Île de Vancouver. Quelques autres sous-régions émergent autour.
    Les vins rouges y sont légers, et certains très réputés (Sud de la Vallée d’Okanagan). Les blancs sont de type Allemand.

 

  • Nouvelle Ecosse :
    A cause des conditions extrêmes de la région, seule une poignée de producteurs exploitent quelques hectares de vignes, plantées en hybrides. Il n’y a pas de VQA en Nouvelle Ecosse.

 

  • Québec :
    Le Québec reste la moins bien lotie pour faire pousser la vigne. Là encore, les producteurs sont très peux nombreux, et les VQA inexistantes.

 

Les vins de glace (ou “icewine”) du Canada sont particulièrement réputés, ils sont appréciés, souvent médaillés, et très bien réalisés. Ce type de vins est élaboré à partir de baies de raisins qui ont gelé directement sur leur pied. Elles sont pressées toujours dans cet état, ce qui concentre fortement les sucres et arômes contenus dans le jus restant. Le vin qui en résulte est très liquoreux et complexe.

Les autres styles de vins sont souvent des mono-cépages, mais ce n’est pas une règle.

 

En conclusion

 

Cette quarante-quatrième semaine de dégustation m’a permis, une fois de plus, de découvrir une région viticole et ses typicités, et d’en comprendre les grandes lignes.

 

Le Canada peut en impressionner plus d’un, tant son essor est exponentiel et bien géré. Si la quantité de vin produite est encore assez basse aujourd’hui, elle ne cesse d’augmenter, en particulier pour les vins rouges.

Et si le pays continue dans sa lancée, en produisant toujours plus, de bonne qualité, en allant chercher le savoir faire là ou il est, il risque d’y avoir un nouveau géant du vin dans les années à venir ! Que du bonheur pour nous, consommateurs Sourire.

 

 

Merci de cliquer sur “j’aime” si cet article vous a plu Sourire !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *