Région viticole de la semaine – Sauternes (Bordeaux) – [Défi 51/52]


 

Me voici arrivé à la cinquante-et-unième semaine de mon défi (découvrir, en 52 semaines, 52 vins typiques de régions viticoles du monde).

 

Après avoir déjà voyagé dans les appellations de Pomerol, Graves, puis Médoc, dans le Bordelais, je souhaite à présent partager avec vous une nouvelle dégustation de la prestigieuse appellation Sauternes.

 

Partons donc à sa découverte, ensemble Sourire !

 

Le vin typique du Bordelais

Mon choix de vin pour représenter Bordeaux

 

Pour représenter Bordeaux, et plus particulièrement les Sauternes, l’évidence est de partir sur un vin blanc moelleux. C’est leur spécialité, et ils sont connus comme faisant partie des meilleurs au monde.

 

Bienvenue à L’Esprit de Gravas, Château Gravas, Sauternes, 2012.

 

L'Esprit de Gravas, Château Gravas, Sauternes, 2012_1

L'Esprit de Gravas, Château Gravas, Sauternes, 2012_2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec son millésime de 2012, on déguste ce vin dans ses jeunes années. En effet, les liquoreux ont un énorme potentiel de garde, et une très belle évolution dans le temps.

Cette cuvée est en mono-cépage à 100% de Sémillon, et le domaine est géré en agriculture raisonnée.

Les vendanges de raisins Botrytisés (atteints de pourriture noble) ont été faites par tries successives, c’est à dire en plusieurs passages, pour ne retenir à chaque fois que les raisins les plus murs.

 

Mon descriptif

 

Le vin a un caractère assez frais malgré son taux élevé de sucres, grâce notamment au fruit très présent, et une acidité correcte. Voici le descriptif que j’en ai fait, à l’aide de ma fiche de dégustation :

Superbe robe or jaune, accompagnée de jambes sirupeuses. L’attaque franche dévoile un bon équilibre sur l’abricot, l’orange, les fruits exotiques, la fleur, les épices et le miel. Mêmes arômes ressentis au nez plutôt discret mais agréable. La structure est étoffée voire corpulente mais pas lourde. Une bonne finale développée pour finir.

 

Voici la fiche de dégustation que j’ai remplie :

 

L'Esprit de Gravas, Château Gravas, Sauternes, 2012

 

 

Le descriptif des pros

 

Après avoir objectivement fait ma description de ce Médoc, j’ai voulu savoir quel était celle donnée par les “pros”, ou du moins les descriptifs que l’on pourrait trouver sur internet.

En voici un :

Les tries successives du raisin me permettent de sélectionner le niveau de maturité et de botrytis spécifique à Esprit de Gravas. Cela permet d’obtenir un vin frais et léger qui développe des arômes de fruits et d’agrumes que sublime le terroir de Barsac.

 

 

Bordeaux et ses caractéristiques

Terroir et fonctionnement

 

Terroir

 

La région Bordelaise vit sous un climat océanique, avec des étés chauds et des hivers assez doux. Le soleil est bien présent et permet une bonne maturation du raisin, mais les pluies apportées par l’océan Atlantique restent fréquentes.

On rencontre surtout des sols graveleux, argileux, et calcaires.

 

Pour la vigne, il y fait bon vivre !

 

Malgré ces bonnes conditions, le climat n’est pas très constant d’une année sur l’autre. On peut facilement constater cet effet millésime lors de dégustations verticales (on appelle dégustation verticale le fait de déguster un même vin sous plusieurs millésimes, pour les comparer).

 

Bordeaux est le lieu des grands domaines et châteaux, pour certains prestigieux et reconnus dans le monde entier. Ils sont très nombreux, de toutes tailles, et de toutes sortes.

 

L’image de la région fait que l’on a tendance à penser que le Bordeaux est cher, voir inaccessible et élitiste.

En vérité, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Au delà des grands crus et châteaux à la renommée internationale, il existe une myriade de producteurs (petits et grands) au rapport qualité prix tout simplement exceptionnel !

Ne vous y trompez pas, le bon Bordeaux accessible est une réalité.

 

Au-delà des appellations qui délimitent les terroirs du vignoble Bordelais, il existe deux autres classements, plus ou moins controversés :

  • Le classement de 1855 :Il s’agit d’une liste des meilleurs crus de Médoc et Graves pour les vins rouges, et de Sauternes et Barsac pour les vins blancs. En résumé, elle a été rédigée à la demande de Napoléon III pour mettre à l’honneur les meilleurs vins de Bordeaux.Cette liste est souvent critiquée car non révisable (sauf une fois en 1973 pour faire passer Mouton Rothschild au premier rang). Certains y voient donc une concurrence déloyale de ceux qui sont mis à l’honneur de façon définitive et sans remise en question depuis cette date.
  • Le classement de 1955 :Un siècle plus tard, c’est au tour des grands crus de Saint-Emilion d’être classés en liste qui met à l’honneur les meilleurs vins de l’appellation.Contrairement au classement de 1855, cette appellation est révisable tous les dix ans.
    Mais là encore, le classement fait débat à chaque mise à jour. Certains Châteaux perdent leur classement au profit d’autres, et remettent en cause les critères qui ont amené à cette décision (souvent vue comme injuste ou injustifiée).

 

Les cépages

 

Cépage

 

Les cépages principalement utilisés dans la région de Bordeaux sont les suivants :

  • Rouges : Cabernet-Sauvignon, Merlot, Cabernet Franc, Malbec, Petit Verdot.
  • Blancs : Sauvignon, Sémillon, Muscadelle.

 

Les zones et leurs types de vins

Zone viticole Sauternes Bordeaux

Cliquez ici pour voir la carte des vignobles

 

Il y a 57 appellations dans le Bordelais, mieux vaut donc simplifier un peu tout ça.

Voyez d’un côté la rive gauche (à l’Ouest de la Garonne), de l’autre la rive droite (à l’Est de la Dordogne), et l’entre deux mer (entre Garonne et Dordogne).

 

Quand on parle de Bordeaux, on parle surtout de ses vins rouges, qui font sa réputation et son activité principale. Mais les petits 17% de blancs ne sont pas à négliger pour autant.

 

Voici ces trois zones, et ce qu’il faut en retenir :

  • Rive gauche :

    Il faut retenir principalement les appellations du Médoc au Nord, et celles des Graves et Pessac-Léognan au Sud. C’est la terre sacré du Cabernet Sauvignon, ce cépage qui s’accommode parfaitement à la terre graveleuse de la zone. Il domine la composition des vins rouges, souvent assemblés avec un ou plusieurs autres cépages.
    Ils sont assez puissants et racés, aux tanins intenses, avec des saveurs de cassis. Il est souvent utile de les laisser vieillir pour en apprécier toute la complexité. Certains blancs secs intéressants se sont également forgés une réputation méritée dans ces appellations.Encore plus au Sud, les appellations Sauternes et Barsac sont connues du monde entier pour leurs vins blancs liquoreux de très grande qualité.
  • Rive droite :

    Ici, les maîtres incontestés font partie du district du Libournais, et plus particulièrement toutes les appellations qui tournent autour de Saint-Emilion et de Pomerol. Plus au Nord, le Blayais et le Bourgeais font aussi de très bons vins dans toutes les couleurs. La terre y est plus argileuse, et accueille avec brio le cépage principal Merlot. Ici, c’est lui qui compose principalement les vins rouges, assemblés avec un ou plusieurs autres cépages.
    Ils sont généralement fruités (fruits noirs et rouges), plus souples et gourmands que sur la rive gauche, mais aussi moins tanniques (donc plus faciles d’accès), avec un taux d’alcool légèrement supérieur. Un beau mélange entre puissance et complexité.
  • Entre-Deux-Mers :

    Cette zone est moins connue du grand public, mais reste très intéressante. On y trouve des vins blancs secs et des vins rouges au rapport qualité prix souvent imbattable.
    Du rosé est également produit, ainsi que du Clairet, un vin ni rosé, ni rouge, mais entre deux, qu’il est difficile de trouver ailleurs. Les appellations Cadillac, Loupiac, et Sainte-Croix-Du-Mont produisent des vins blancs liquoreux exceptionnels (même s’ils sont moins réputés que les Sauternes et Barsac, situés juste de l’autre côté de la Garonne).Dans l’ensemble, tout se vend moins cher dans cette zone (faute de renommée). Pourtant, les vins de l’Entre-Deux-Mers valent le détour.

 

 

En conclusion

Cette cinquante-et-unième semaine de dégustation m’a permis, une fois de plus, de découvrir une région viticole et ses typicités, et d’en comprendre les grandes lignes.

Bordeaux est une grande région viticole, en qualité comme en quantité (2% de la production mondiale tout de même !), souvent précédée par sa réputation.

La puissance traditionnelle de ses vins fait qu’ils peuvent paraître difficiles à boire pour certains, mais leurs qualités gustatives et leur grande complexité sont incontestables. Ils font partie des plus fameux vins au monde et sont souvent pris comme modèles.

 

La région est encore aujourd’hui très ancrée dans la tradition, et utilise des règles classiques mais très maîtrisées de la vinification, pour notre plus grand plaisir !

 

 

Merci de partager cet article s’il vous a plu Clignement d'œil !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *